Vide-(grenier) dressing

Quatre ans qu’on l’attendait. Sans lui, notre suite parentale-salle d’eau-bureau (ça en jette hein ?) se sentait comme un carrosse à trois roues. On en a tiré des plans, brainstormé des idées, consulté des catalogues, métré, calculé, demandé conseil, budgeté. Et on finissait par se rendre à l’évidence : trop cher, trop compliqué, trop impossible, trop on-n’est-pas-des-pros-nous.

Et puis Zorro mon boulot est arrivé, les sous ont recommencé à rentrer, le projet qui semblait loin à l’horizon 2035 est sorti de son trou. Las de m’entendre grogner hurler après les piles de vêtements qui tombent quand tu veux précisément le t-shirt blanc, celui-là juste sous tous les autres, les chemises à peine repassées, aussitôt froissées par manque de place, Chérimari  a cédé à mon caprice (ce que femme veut)(j’ai menacé un week-end de pluie de tout balancer par le velux si on ne remédiait pas à la chose, ça calme), et il y a dix jours notre voiture-graouh a pris le chemin vers mon suédois préféré. J’aurais dû faire suédois LV4*.

Selon ma grande expérience des allers-retours chez le suédois, j’ai constaté que tu y entres toujours le sourire aux lèvres (si tu es une femme) ou jaune (si tu es un homme). Je me demande pourquoi. Et comme on aime prendre des risques, on y est allés en famille, avec les rejetons.

Deux heures après avoir franchi les portes, discuté avec une très compétente conseillère, grondé et menacé les z’enfants une demi-douzaine de fois (ne te cache pas dans l’armoire, ne joue pas avec le petit chariot, ne tripote pas l’ordinateur du vendeur, non Madame, ce ne sont pas nos enfants) et le bon de commande bien en main, nos pas nous ont conduits à la zone libre-service, sous les yeux paniqués de Chérimari qui a vu instantanément toutes mes promesses de ne rien prendre d’autre s’envoler. Rendez-vous compte, toutes les décos de Noël déjà dans la place ? Me retenant de pousser des petits ho, ha, hiiiii de convoitise, j’ai subrepticement (ouh la vilaine) glissé dans nos chariots XXL des caissettes à muffins, des petites cuillères, du papier cadeau et des étiquettes trop choux avant le passage en caisse. Les cartons de 2.10 m de long ont obligé Chérimari à une gymnastique des sièges pour caser l’armoire, les z’enfants et me laisser assez de place sans provoquer un lumbago au retour.

Je dois reconnaître que Chérimari, pour charger les coffres au millimètre façon Tétris, c’est un as. D’ailleurs sur le parking-minute, il se moque en se cachant à peine des malheureux qui n’arrivent pas à fermer leur véhicule ou qui n’ont pas la moindre notion de l’équilibre, jouant dangereusement aux funambules, et risquant de perdre la marchandise au premier rond-point rencontré.

Puis la partie la plus drôle a commencé. Chérimari a mis à profit deux soirées en semaine et vendredi soir jusqu’à plus de minuit. 6 heures, 2.50 mètres, quelques dizaines de vis et jurons plus tard, Pax faisait son entrée triomphante sous mes applaudissements !

Samedi, j’ai pris le relais pour remplir le ventre de la bête et en profiter pour faire un immense tri dans nos fringues. Résultat : entre ce que je donne au Relais, ce que je jette, ce que je garde, il ne restait plus grand chose, et j’ai réussi à faire maigrir d’un bon tiers le contenu de notre ancienne armoire. C’est fou tout ce qu’on peut accumuler comme vieilleries, quand on prend vraiment le temps de s’y mettre ! (J’avoue ici que j’ai balancé aussi de vieilles frusques masculines, sans consulter leur propriétaire).

Ensuite, j’ai rangé, fait de jolies piles bien droites, demandé à monter ou à baisser telle étagère pour que tout soit parfait (mode Bree en action), et samedi après-midi, le dossier dressing était terminé ! Un tiers pour lui, deux pour moi (logique).

Et voilà le résultat, c’est pas beau ? Pax est mon nouveau meilleur ami à la maison. Et la bonne nouvelle, c’est que j’ai à présent plein de place pour le butin de futures séances shopping, mais ça je ne l’ai pas dit à mon cher et tendre…

*spéciale dédicace à Alex, qui comprendra.

Publicités

4 réflexions sur “Vide-(grenier) dressing

  1. Pingback: La pause déj’ qui part en cacahuète « maman est en haut !

  2. Pingback: Dressing – acte 2 « maman est en haut !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s